Modes de vie

Alimentation : les 10 idées-reçues récurrentes

1/ Les boissons végétales (amande et soja) sont plus écologiques que le lait de vache

ça se discute !

L’analyse du cycle de vie (ACV) permet de définir l’impact environnemental d’un produit, de sa conception à sa fin de vie, en intégrant sa production et son recyclage ou mise à la décharge.

Le souci est qu’aucune ACV ne compare tous les laits (vache, chèvre, etc.) à toutes les boissons végétales (coco, amande, noisette, épeautre, etc.). On trouve des études comparatives entre deux types produits. Mais selon les pays, les critères pris en compte dans l’ACV diffèrent, rendant  la comparaison impossible.

Bref, il est inutile de stigmatiser le lait animal face aux boissons végétales, car énormément de paramètres entre en compte, les plus discutés sont :

  • La déforestation pour les cultures de céréales destinées à produire des boissons végétales, lesquelles ont de plus en plus le vent en poupe et par conséquent les consommations augmentent en flèche.
  • Le mode de production des céréales : bio, conventionnelle
  • La présence d’OGM : le soja en provenance des Amériques est souvent un OGM
  • Le lieu de production : par exemple pour les amandes, 80% de la production mondiale provient de la Californie, laquelle subit des épisodes de sécheresse récurrents.

Un article résume très bien ces contradictions “Quel est le lait (végétal ou animal) le plus écologique ?

2/ Le fructose est un bon sucre parce qu’il vient du fruit

Le fructose est et reste un sucre, comme le saccharose, le glucose, le galactose… Par abus de langage, on dit qu’il est meilleur car en mangeant un fruit vous n’avez pas que le sucre, vous avez aussi les vitamines, les minéraux et les fibres qu’il contient. C’est pourquoi il est préférable de manger une orange plutôt que de boire un verre avec 3 oranges pressées.

Par ailleurs, le fructose n’est pas métabolisé par le foie, contrairement aux autres types sucres, mais par l’intestin grêle. Ainsi lorsque l’intestin grêle est assiégé par le fructose, ce dernier est renvoyé dans le foie où il est directement métabolisé en gras. C’est la maladie connue sous le nom de NASH ou cirrhose sucrée en français.

L’excès de fructose concerne les individus consommant trop fréquemment des produits industriels riches en sirop de fructose. Par exemple une consommation excessive d’un litre de soda par jour peut conduire à une cirrhose sucrée.

3/ La pomme est un bon coupe faim 

Pas vraiment, la pomme est pauvre en fibre, riche en eau et en sucre. Lorsque vous avez faim, en mangeant une pomme seule, ou un autre fruit, vous créez un pic glycémique, une fois ce pic passé votre estomac vous réclamera plus de sucre pour maintenir un niveau basal.

Il est préférable de manger des aliments riches en fibre (qui calent) avec une charge glycémique faible. Donc avec le fruit, on peut l’agrémenter de céréales, d’un produit laitier et d’oléagineux, type muesli.

4/ Manger cru permet de préserver les nutriments des aliments

ça dépend lesquels.

Les vitamines sont préservées lorsque les aliments ne sont pas cuits. Par contre pour les minéraux et antioxydants, la cuisson ne les dégrade pas. Par exemple pour le lycopène, un antioxydant naturellement présent dans la tomate, la cuisson le rend davantage disponible pour l’organisme.

Enfin certains légumes sont beaucoup mieux digérer cuits.

5/ Il est difficile de digérer les fromages et les yaourts

Non, car ce sont des aliments fermentés, ce qui signifie que le lactose est pré-digéré grâce aux bactéries. Ces bactéries sont connues pour être des probiotiques, elles peuvent s’avérer favorables pour la flore intestinale.

Retrouver l’article : “Lait et produits laitiers fermentés, sont-ils à bannir de notre alimentation?”

6/ Les biscuits bio sont meilleurs que leur alternatives non bio?

Tout dépend de quoi on parle.

Si on s’attache à regarder la matière première, comme la farine, alors une farine complète bio est effectivement plus intéressante (plus de fibres et moins de résidus de pesticides).

Si on regarde d’un point de vue nutritionnel, ils ne le sont pas, car ce sont des produits transformés. De plus, ils peuvent être aussi gras (AC saturés), aussi sucrés et aussi salés que leur version non bio.

Les meilleurs produits sont les moins transformés, a.k.a les moins industriels.

Retrouvez l’article : “Le bio est-il forcément meilleur que le conventionnel?

7/ L’eau chaude permet de mieux s’hydrater

ça dépend, qu’entend-on par eau chaude ?

Si l’eau ingérée est à une température de 36/37°C, effectivement elle est meilleure, dans le sens où elle est directement disponible pour l’organisme, pas besoin de la chauffer ou de la refroidir.

Une eau froide doit être réchauffée. Boire 1,5l d’eau froide sur une journée ferait perdre entre 50 et 70 calories, mais rien n’est dit sur la température exacte de l’eau ! Bref pas de quoi en faire un régime (si un gourou me lit).

Une eau très chaude doit être refroidie, elle engendre le mécanisme de transpiration. Ainsi transpirer permet de rafraîchir le corps (d’où le thé en plein désert), mais “on perd de l’eau”.  

8/ Le jus de citron ne détoxifie pas 

Je vous propose directement de lire ou relire l’article : “Comment l’organisme réalise sa détox ?

9/ Consommer des antioxydants ne vous rendra pas en meilleur santé

Les antioxydants, tout le monde connait. Mis sur un piédestal, comme s’ils pouvaient à eux seuls, retarder le vieillissement cellulaire et nous protéger de tous types de cancers. Seulement parfois la prise, quotidienne et perannuelle, d’antioxydants peut être contre-productive. (re)Lire l’article : “Antioxydants, source de jeunesse éternelle ?”

10/ YUKA ne vous aidera pas à avoir une alimentation équilibrée et diversifiée

Peut-être même qu’elle la rendra plus monotone, au risque de vous focaliser sur les peu de produits estampillés d’un rond vert que vous aurez dans votre liste.

Non seulement Yuka ne donne pas d’information sur la façon de composer son assiette, mais surtout elle ne donne qu’une indication calorique pour 100 grammes de produit et par conséquent, l’appli élimine de nombreux “bons” produits à consommer en petite quantité, comme :

  • l’avocat
  • le chocolat noir
  • les amandes, noix de cajou et tous les fruits à coques
  • les huiles enrichies en oméga 3
  • le miel
  • etc.

Deuxième point faible de l’appli, elle donne trop d’importance aux labels Bio et pas suffisamment au niveau de transformation des produits.

Par exemple, les galettes de maïs bio sont “excellentes”, or d’un point de vue qualité nutritionnelle, elles sont moins intéressantes que du pain au maïs, à cause du fameux pic glycémique qu’elles induisent.

Gardez en tête que la valeur nutritionnelle (les calories) n’est pas la même chose que la qualité nutritionnelle.